• Votre horoscope :
  • Horoscope belier
  • Horoscope taureau
  • Horoscope gemeaux
  • Horoscope cancer
  • Horoscope vierge
  • Horoscope balance
  • Horoscope scorpion
  • Horoscope lion
  • Horoscope capricorne
  • Horoscope verseau
  • Horoscope poissons
  • Horoscope sagittaire
Dossier exclusifs

Les moulins, merveilles d'ingénierie

Il est curieux de constater de quelle manière le moulin s'est inscrit dans l'imaginaire collectif au fil des siècles.

De simple machine destinée à servir la production de différentes matières et aliments, il est devenu personnage de conte, figure presque humaine du village médiéval, ou encore spectre menaçant de certaines bourgades abandonnées.

Parmi les nombreuses inventions techniques de l'homme, le moulin occupe une place à part dans le cœur et l'esprit des gens. Si Don Quichotte prêtait au moulin le visage d'un ennemi à abattre, Alphonse Daudet y puisait l'inspiration de ses plus belles lettres.

Le moulin, cette silhouette familière qui se dresse dans le paysage européen, reste un symbole fort de l'ingéniosité humaine. Et chaque région qui en possède encore un le bichonne et le protège comme un trésor du patrimoine à la fois culturel et industriel.

Une idée du Moyen-Âge

Avant le Moyen-Âge, l'homme et la bête besognent comme des forcenés pour subvenir aux tâches les plus essentielles de la vie quotidienne. Or l'un de ces labeurs épuisants est la mouture du grain. Le pain, nourriture première, nourriture sacrée même dans la plupart des civilisations, est fabriqué à partir de la récolte de céréales.

Dès l'Antiquité, ce sont les femmes et les esclaves qui, le plus souvent, sont chargés de réduire en poudre ces produits céréaliers. Mais la population ne cessant d'augmenter, la demande devient de plus en plus importante, si bien que l'humain ne suffit plus à la tâche. On invente alors des meules plus grosses, actionnées par des bêtes de somme (ânes, bœufs, chevaux…) afin de moudre des quantités toujours plus volumineuses de grains.

Puis les ingénieurs médiévaux réfléchissent à la force hydraulique. Naissent alors des meules mues par le courant hydraulique.

Histoire des moulins

Les constructeurs de moulins

On note déjà l'existence de ces meules énormes dès le 2e siècle dans les Balkans et en Asie. Mais alors, il s'agit de roues disposées sur un axe horizontal qui nécessitent un fort courant d'eau afin de les actionner de manière efficace. On ne les retrouve par conséquent que dans des régions vallonnées caractérisées par des courants d'eau puissants.

On croit que c'est vers le 10e siècle en Europe que le moulin à eau vertical connaît son apogée. Les constructeurs de moulins font sans doute dès cette époque le constat que la roue, fixée sur un axe vertical, donne un meilleur rendement.

On parle d'une puissance de 1 à 10 chevaux-vapeur (entre 750 et 7500 watts) pour une roue à eau verticale plutôt qu'une force de un demi-cheval-vapeur (environ 400 watts) pour une roue à axe horizontal.

Le moulin à eau devient peu à peu une énergie à exploiter, ce que comprennent rapidement les seigneurs féodaux ainsi que les prieurs de monastères.

Monople du moulin à eau

Dès lors, les seigneurs émettent une loi qui oblige les serfs à ne moudre leurs grains que dans leurs moulins. Un impôt est d'ailleurs levé pour cette utilisation que l'on appelle "banalité".

Construisant de nombreux moulins à travers l'Europe, les seigneurs s'enrichissent en monopolisant l'usage du moulin à eau. Vers la fin du 11e siècle, sur les seules terres de Guillaume le Conquérant (1027-1087), on recense déjà 5 624 moulins, tout type confondu (horizontaux et verticaux).

Les moines de Cîteaux, ordre fondé au 12e siècle, font également la promotion des moulins hydrauliques et contribuent largement à la diffusion de cette technique partout sur le territoire européen.

Site du jour Copyright Site du jour © Toute reproduction même partielle est strictement interdite - Conditions d'utilisation Nos Partenaires : Catalogue vêtements | Mode | Vêtements