- Saint-Urbain
  • Votre horoscope :
  • Horoscope belier
  • Horoscope taureau
  • Horoscope gemeaux
  • Horoscope cancer
  • Horoscope vierge
  • Horoscope balance
  • Horoscope scorpion
  • Horoscope lion
  • Horoscope capricorne
  • Horoscope verseau
  • Horoscope poissons
  • Horoscope sagittaire
Histoire

Bastille : la fin d'un royaume

Suite...

La souveraineté du peuple

Les conséquences de cette Prise de la Bastille rayonnent au-delà des frontières parisiennes. Déjà à Paris, on nomme Jean-Sylvain Bailly (1736-1793) maire de cette municipalité naissante et Gilbert du Motier de La Fayette (1757-1834) devient, quant à lui, commandant en chef de la milice qui prendra le nom de Garde nationale. Devant la résolution du peuple et sa conquête de Paris, Louis XVI capitule.

Le 16 juillet, on ordonne la destruction de la célèbre Bastille.

Le 17 juillet, le Roi se rend à l'Hôtel de Ville pour rencontrer La Fayette et Bailly, ce qui valide officieusement les récentes décisions insurrectionnelles, de même que la légitimité d'une souveraineté du peuple.

La France se démocratise

Dans plusieurs villes de France, la Prise de la Bastille entraîne également la formation de nouvelles municipalités et de gardes nationales. Partout, le pays se démocratise. Cependant, dans les campagnes, la peur s'installe, les paysans craignent un complot de la noblesse ou une ruse des brigands sous le couvert d'un patriotisme opportuniste.

Comment croire à cette victoire du peuple sur la monarchie ancestrale sans avoir été témoin de ce spectaculaire triomphe sur la Bastille !

Une émancipation

la Bastille

À l'extérieur du pays, on réagit vivement aux troubles qui agitent la France. Pendant la période qui s'étend du 14 juillet au 26 août 1789, le monde assiste à une évolution extraordinaire sur le territoire français.

On y proclame l'abolition des privilèges de même que l'on instaure la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen.

Les observateurs y perçoivent une émancipation qui gagnera bientôt tout le vieux continent.

La Fête nationale de la République française

Dès le 14 juillet 1790, une Fête de la Fédération commémore le premier anniversaire de cet épisode sanglant. 83 patriotes représentant autant de départements français se retrouvent sur le Champ de Mars.

On estime alors à plus de 260 000 le nombre de Parisiens venus assister à la fête, à laquelle participent également Louis et Marie-Antoinette.

En 1880, sous la IIIe République, cette Fête de la Fédération deviendra officiellement la Fête nationale de la République française.

Une version des événements plus critique

Aujourd'hui, certains historiens portent sur les événements de juillet 1789 un regard un peu plus critique, sacrifiant les affabulations folkloriques de ce début de révolution pour en conclure à une réalité beaucoup moins édifiante.

Il semble bien que le carnage perpétré à la Bastille, le 14 juillet, fut davantage l'œuvre de pillards sans scrupules qui, profitant de l'opportunité d'enfoncer les portes de la vieille forteresse, se blessèrent les uns les autres en se tirant dessus dans une course effrénée à celui qui s'enrichirait le plus.

De Launay n'aurait ordonné une riposte contre la foule que dans le seul espoir de protéger sa garde contre les émeutiers qui tiraient déjà dans leur direction.

Les États généraux auraient cautionné par la suite bon nombre d'agissements criminels parce qu'ils servaient la cause révolutionnaire.

Or, malgré tous les embellissements narratifs qui entourent ce moment de gloire patriotique, il reste plus raisonnable de croire que la Prise de la Bastille ait été tout sauf héroïque…

Culture générale

Voici les articles les plus populaires
Site du jour Copyright Site du jour © Toute reproduction même partielle est strictement interdite - Conditions d'utilisation Nos Partenaires : Conjugaison | Dictionnaire | Calculatrice