- Prsentation de Marie
  • Votre horoscope :
  • Horoscope belier
  • Horoscope taureau
  • Horoscope gemeaux
  • Horoscope cancer
  • Horoscope vierge
  • Horoscope balance
  • Horoscope scorpion
  • Horoscope lion
  • Horoscope capricorne
  • Horoscope verseau
  • Horoscope poissons
  • Horoscope sagittaire
Société

Histoire des chaussures

Certaines peintures rupestres, dans des cavernes d'Espagne et de France, illustrent bel et bien des hommes et des femmes de la Préhistoire vêtus de peaux et de chaussons grossiers.

Ainsi, longtemps avant que l'on ne s'aventure dans des considérations esthétiques, au cœur du monde antique, il convient déjà de se couvrir les pieds. On sait ensuite que, près de 6000 av. J.-C., des civilisations anciennes comme les Égyptiens, les Mésopotamiens, les Phéniciens, les Assyriens, les Hittites, les Chinois, etc., posent déjà sous leurs pieds des prototypes de semelles adaptées aux conditions climatiques et aux accidents de terrain. Les Étrusques, les Grecs, les Romains, les Gaulois et toutes les civilisations qui suivent déclinent les types de chaussures en s'appuyant sur des critères de clivage social, laissant les semelles de raphia aux pauvres, inventant des modèles de formes et de matériaux divers pour les plus fortunés. Dans les pays au climat relativement chaud, on privilégie le soulier (gallica, mocassin, mule, pantoufle, sabot…) et la sandale (caliga, chopine vénitienne, patin turc, tabteb…). Au contraire, dans les pays où les températures peuvent s'avérer très basses comme le Japon, la Mongolie ou la Russie, on utilise plutôt une botte, généralement faite de peau.

Les modèles de base

Bottes, sandales et souliers sont donc les modèles de base de toutes les fantaisies qui vont naître de l'univers de la cordonnerie. Exercices de styles parfois grotesques aux yeux de l'observateur du 21e siècle, les chaussures ont torturé plus d'un pied lorsque l'on estime le côté vertigineux du cothurne grec ou l'obligation de multiplier les pas à cause des geta ou des okobo japonaises pour conserver un équilibre de marche. Encore plus terrible cette tradition de bander les pieds des petites Chinoises pour leur faire enfiler, une fois pubères, des chaussons brodés qui excèdent rarement les 7,5 cm. Certaines autres font plutôt rigoler par leur apparence comme les poulaines, pouvant mesurer jusqu'à deux mètres selon le rang social du porteur, aristocrate évidemment, ou encore ces fameux souliers à talons rouges et ornés de grosses boucles qu'affichent avec orgueil et pédanterie les courtisans de la cour de Louis XIV.

Histoire des chaussures

Synonyme de statut social

Chez les peuples de l'Antiquité, déjà la chaussure est synonyme de statut social. Notables et gens fortunés portent des sandales ou des crépides, de factures différentes selon la classe sociale de l'individu (lacées, ornées, tressées, etc.). Les esclaves, bien sûr, vont pieds nus jusqu'à ce que leur sort s'améliore un peu et qu'on leur permette de se chausser modestement avec des semelles assez primitives, qui ne protègent que la voûte plantaire. Au Moyen-âge et dans les siècles ultérieurs d'ailleurs, la mode continue d'exercer une distinction visible entre manants et nobles mais c'est la hauteur du talon qui fait alors toute la différence, bien que l'ornementation y soit également pour quelque chose (broderies, pierreries…).

Site du jour Copyright Site du jour © Toute reproduction même partielle est strictement interdite - Conditions d'utilisation Nos Partenaires : Catalogue chaussures | Chaussures | Vêtements & chaussures | Comparaison chaussures