Site du Jour
> Choisir site du jour en page de démarrage

Site du jour > Dossiers exclusifs > Le drame acadien

Le retour des Acadiens
Histoire des Acadiens
De Nantes à la Louisiane
Journal d'Acadie
Les Acadiens, citoyens de l'Atlantique

Encyclo. de l'hist. du Québec
Encyclo. canadienne
Déportation des Acadiens
Acadie des origines à nos jours
Réalités historiques acadiennes
Ordre de déportation des Acadiens
CybecAcadie

Fabrication du papier
Dictionnaire & encyclopédie
Denis Diderot
La Renaissance
Walt Disney
La généalogie
Champollion
Le Land-Art


Le drame acadien

On pourrait croire qu'il ne s'agit là que d'un déplacement, que d'un appel raisonnable demandant à tout un peuple de déménager en raison d'un conflit politique évident. Mais la réalité est au-delà de ce que l'on peut imaginer. À l'époque, Son Excellence le gouverneur Charles Lawrence (1709-1760) fait approuver par Londres des mesures plus que cruelles afin de bannir les habitants francophones d'Acadie. Non seulement on leur retire tous leurs biens, les obligeant à partir avec leur seul argent et quelques pièces de mobilier, mais l'on menace les rebelles d'abattre des membres de leur famille s'ils refusent d'obtempérer… deportation-acadiens L'Acadie, d'abord colonisée par les Français dès 1604, constitue un territoire de choix de par sa position stratégique. Bordant le sud du fleuve Saint-Laurent, il s'agit d'une place forte, depuis longtemps convoitée par les Anglais. À la signature du traité d'Utrecht, en 1713, la couronne britannique met la main sur le territoire acadien, acceptant toutefois de ne pas déloger le peuple francophone s'il fait la promesse d'observer la neutralité dans les conflits franco-anglais. Mais les colons anglais briguent ces terres si fertiles. Des soupçons flottent bientôt sur les Acadiens, on leur présume des accointances avec les Français et les Amérindiens qui représentent une menace constante pour la flotte britannique. Il n'en faut pas plus pour que l'édit de leur déportation soit signé et mis à exécution illico.

Dans le plus grand fracas, à travers les cris de détresse et le désespoir de ces pauvres gens ruinés, l'armée anglaise force à l'embarcation tous les malheureux qu'elle attrape. On les charge sur des bateaux en mauvais état, on les dirige sur les États-Unis qui les refusent ou les réduisent à l'esclavage. On incendie leur chaumière, on s'empare du bétail et des biens qu'ils n'ont pu emporter. Les fuyards apprenant la menace qui pèse sur leurs proches, décident de se livrer.

Certains sont acheminés vers l'Angleterre, leur sort n'est guère mieux. Plusieurs périssent en mer après le naufrage de deux des mauvais bateaux qui doivent les amener à bon port. La plupart de ceux que l'on tente d'éparpiller sur la cote américaine migre finalement vers Haïti (alors appelée Saint-Domingue). Les autres qui se trouvent au Canada sont tantôt décimés par la faim et le froid, tantôt terrassés par les épidémies. De cette époque éprouvante, on note aussi un nombre important d'enfants soustraits à leur famille pour être offerts en adoption à des familles américaines. En tout, certaines sources historiques évaluent les pertes de vies humaines entre 7500 et 9000, depuis 1755 jusqu'à 1763.

Selon R. A. Leblanc, dans son texte Les migrations acadiennes (Cahiers de géographie du Québec, vol. 23, n° 58, avril 1979, p. 99-124), les déportations se distribuent à l'origine selon le schéma ci-dessous :

Angleterre (866), Baie des Chaleurs (700), Caroline du Nord (280), Connecticut (666), France (3500), Géorgie (185), Île Saint-Jean (300), Louisiane (300), Maryland (810), Massachusetts (1043), New York (249), Nouvelle-Écosse (1249), Pennsylvanie (383), Québec (2000), Rivière Saint-Jean (86). Au total, 12 617 individus exilés sur 15 territoires différents.

Viennent ensuite les redirections sur Belle-Île, Saint-Pierre-et-Miquelon, la Gaspésie, les îles de la Madeleine, le territoire de Terre-Neuve-et-Labrador ainsi que dans l'état du Maine (États-Unis), subséquentes au traité de paix de 1763. Résolument vivante, la culture acadienne s'est accrochée, préservant son caractère distinct au-delà des frontières francophones. L'un des exemples les plus forts de cette culture exceptionnelle reste celle qui s'est épanouie en Louisiane, cette culture dite Cajun, qui signifie en réalité cadien. Au milieu des bayous du Mississippi, les Acadiens du grand exode ont tout de même gagné le pari de s'enraciner ailleurs et de se reconstruire une identité bien à eux, une identité qui représente bien distinctement ce tempérament fougueux et combatif qui les caractérise. Victimes désignées d'un conflit qui n'était pas le leur, peuple infortuné piégé dans la tourmente d'une guerre plusieurs fois centenaire entre Anglais et Français, les Acadiens, malgré ce moment effroyable de leur histoire, auront survécu au pire…

Site du jour > Dossiers exclusifs > Mata Hari
Copyright Site du jour / Nathalie Michallon - E-mail : nathalie@site-du-jour.com / Mentions Légales
Toute reproduction même partielle est strictement interdite sans un accord écrit sous peine de poursuites judiciaires
Nos Partenaires : Montréal Québec | Canada | Immobilier Montréal | Dictionnaire québécois