Site du Jour
> Choisir site du jour en page de démarrage

Site du jour > Dossiers exclusifs > Mémoire troublée

Comment va votre mémoire ?
Le sens de la mémoire
Troubles de la mémoire
Troubles de la mémoire
La santé de notre mémoire

La mémoire
Doctissimo
France Alzheimer
Les secrets de la mémoire
Mémoire et vie

Fabrication du papier
Dictionnaire & encyclopédie
Denis Diderot
La Renaissance
Walt Disney
La généalogie
Champollion
Le Land-Art


Mémoire troublée

Le cerveau humain présente naturellement ce précieux dispositif de stockage qu'est la mémoire. Le fait de porter en soi cette faculté, de même que l'on voit, que l'on entend, que l'on goûte, etc., semble tout simplement faire partie de la mécanique humaine. On perçoit donc la mémoire comme acquise, sans y prêter attention outre mesure. Pourtant, ce vaste temple du savoir possède ses spécificités ainsi que quelques règles d'entretien que nous devons connaître.

Notre mémoire se répartit en deux fonctions : une mémoire à court terme et une mémoire à long terme. La mémoire à court terme ou mémoire immédiate, nous permet de mémoriser une information dans les secondes qui suivent son enregistrement afin de la mettre en pratique dans un avenir rapproché. On en fait un large usage sur les lieux du travail, évidemment, car cette "mémoire de terrain", si l'on peut dire, emmagasine momentanément. L'information, une fois appliquée, sera aussitôt remisée aux oubliettes. C'est cette mémoire que l'on sollicite le plus souvent pour retenir un numéro de téléphone, un code de dossier, le prix d'un article, le nom d'un client, etc. On pourrait la comparer à un bloc-notes, dont on détache la feuille sur laquelle était inscrite l'info pour la mettre à la corbeille lorsque l'on n'en a plus besoin. Ce qui empêche notre cerveau d'entasser des renseignements inutiles.

La mémoire La seconde part de la mémoire est la mémoire à long terme. Il s'agit du disque dur de notre cerveau en quelque sorte. Cette mémoire à long terme conserve tous les souvenirs depuis la plus tendre enfance. Elle se décline elle-même en trois secteurs. Une mémoire inconsciente qui grave en nous tous les éléments des différents apprentissages que nous cumulons. Elle est le siège de tous les mécanismes automatiques qui régissent notre façon de tenir la fourchette, de marcher, de faire du vélo, de conduire la voiture, de patiner, etc. Bref de toutes ces activités que l'on apprend une fois et dont on se souvient toute la vie ensuite. La seconde partie de la mémoire à long terme est la mémoire des souvenirs. Celle-ci conserve non seulement les images d'expériences vécues, mais aussi de tous les sentiments qui y sont associés. Enfin, la dernière partie concerne la mémoire des connaissances. Il s'agit de l'espace dans lequel nous stockons toutes informations acquises au terme d'une recherche volontaire de la connaissance, ce que nous mémorisons pour augmenter notre niveau de savoir.

C'est un réseau complexe d'interaction entre des neurones qui permet aux souvenirs de se matérialiser à l'esprit via des influx nerveux. Lorsque le cerveau emmagasine ce qui deviendra un souvenir, cette donnée est souvent accompagnée d'un goût, d'une image, d'un parfum, d'une sensation, d'une mélodie. Chacun de nos cinq sens est fortement sollicité lorsqu'il est question d'évocation de souvenirs. C'est que le souvenir, contrairement aux autres informations de stockage de la mémoire, fait appel aux émotions et qu'il se réincarne par association sensitive.

On dit que la mémoire est une faculté qui oublie. Il n'est pas rare que malgré notre jeunesse ou une vie intellectuelle intense, nous ayons des trous de mémoire. Plusieurs facteurs peuvent être à l'origine de ces pertes temporaires de mémoire. Le stress, le manque de sommeil, les abus de drogues, d'alcool ou de médicaments, la fatigue, les traumatismes psychologiques ou encore la dépression sont au nombre des éléments qui occasionnent les dysfonctionnements de la mémoire. Les accidents entraînant des traumatismes crâniens ou certaines maladies peuvent aussi causer des amnésies, provisoires ou permanentes.

Par ailleurs, la vieillesse, bien qu'on l'associe très souvent aux diminutions des capacités mémorielles, ne constitue pas un facteur déterminant. Toutefois, des pertes de mémoire fréquentes et récurrentes pourraient révéler des signes annonciateurs de la maladie d'Alzheimer, et dans ce cas, il faut consulter pour un diagnostic. Peu importe l'âge d'un sujet, lorsque les troubles de la mémoire se multiplient, il est impératif de voir un spécialiste.

La mémoire, comme beaucoup d'autres facultés, doit être soumise à une stimulation régulière, une sorte de fitness du cerveau, si l'on veut. Cette affirmation peut sembler étrange, mais la mémoire nécessite qu'on l'exerce, exactement comme s'il s'agissait de conserver la bonne forme physique du corps. Or pour maintenir sa mémoire au top, il suffit simplement de la solliciter le plus souvent possible. Les jeux de société, par exemple, sont excellents dans cette perspective. Les jeux questionnaire qui font appel au savoir et à la culture générale constituent aussi un bon exercice pour la mémoire. Les mots croisés, les sodokus, les patiences, les puzzles, etc., sollicitent considérablement l'élément mémoire de notre cerveau pour lui assurer une activité constante.

La lecture, les échanges sociaux, le fait de rester à l'affût de l'actualité sont des ressources essentielles et peu coûteuses. L'important, c'est de garder l'esprit en éveil. Lorsque l'âge réduit la mobilité d'un individu, il convient de mettre l'accent sur les capacités intellectuelles et de les faire fonctionner au maximum. Et le meilleur moyen pour avoir une mémoire en santé, c'est de se mettre à la gym de l'esprit !

Site du jour > Dossiers exclusifs > Mémoire troublée
Copyright Site du jour / Nathalie Michallon - E-mail : nathalie@site-du-jour.com / Mentions Légales
Toute reproduction même partielle est strictement interdite sans un accord écrit sous peine de poursuites judiciaires
Nos Partenaires : Santé | Connaissances | Troubles de la mémoire | Medecine naturelle