Site du Jour
> Choisir site du jour en page de démarrage

Site du jour > Dossiers exclusifs > Les maisons de campagne

Maisons de campagne ...
Maisons de famille ...
La maison de campagne
Les nouvelles maisons ...
Restaurez et rénovez ...

Histoire culturelle de la résidence de villégiature
La nouvelle folie
La maison de famille remise au goût du jour

Fabrication du papier
Dictionnaire & encyclopédie
Denis Diderot
La Renaissance
Walt Disney
La généalogie
Champollion
Le Land-Art


Les maisons de campagne

Déjà blasés par l'urbanité bruyante et stressante, les Romains de l'Antiquité fuyaient les cités et sommaient des architectes de talent de leur construire de véritables petits châtelets à la campagne. Situés à la montagne, sur des terres agricoles ou encore sur les rives de la mer, ces "villae" sont apparues près de 500 ans av. J.-C. Jusqu'à la chute de l'Empire romain d'Occident, les bien nantis de Rome s'exilaient en milieu rural afin de profiter de l'air pur de la campagne et de se ressourcer à l'abri des tumultes urbains. Parmi les plus célèbres de ces propriétés luxueuses, on compte le palais de Capri, de l'empereur Tibère (42 av. J.-C.- 37 apr. J.-C.), la villa de Laurentum et la villa de Toscane, appartenant toutes deux au célèbre écrivain Pline le Jeune (61-112 apr. J.-C.). Ces demeures cossues avaient alors double fonction : d'une part, elles permettaient le repos et d'autre part, elles symbolisaient la puissance et l'opulence de ses propriétaires.



Maison de campagne Après les invasions barbares destructrices, il faut attendre la Renaissance italienne pour que le désir de fuir la ville revienne hanter les notables et les riches Européens. Ce sont les nobles d'Italie, en accord avec les principes philosophiques de l'Antiquité, qui remettent au goût du jour l'exil à la campagne. Les Médicis en tête, la noblesse romaine et florentine réintègre des fermes fortifiées qui leur appartiennent et les transforment en somptueuses maisons de campagne. La nouvelle tendance fait boule de neige et les délires de grandiose poussent un peu partout dans les campagnes italiennes. Le cardinal Jules de Médicis (1478-1534) fera même appel à un artiste aussi réputé que Raphaël pour la construction de sa villa Madama (1516-1520). Bien sûr, ces capiteuses maisons, qui sont de véritables palaces, possèdent toutes de magnifiques jardins, à la mode romaine. Les Vénitiens ne seront pas en reste et ils élisent leur nouveau paradis au niveau des sommets volcaniques, environnant Padoue, Vicence, Trévise et Vérone. C'est la folie des grandeurs, la folie des hauteurs !

Évidemment, certains artistes et architectes profitent de l'engouement pour raffiner le style et se faire un capital de notoriété sur le dos de cette mode fulgurante. Ainsi, Andrea Palladio (1508-1580) devient l'un des maîtres du genre et ses créations feront figures de modèles pour des années à venir. La villa Foscari (aussi appelée la Malcontenta, en 1560) et la villa Almerico-Capra (dite la Rotonda, achevée en 1569) restent les plus beaux exemples de cette finesse architecturale dont Palladio a le secret. Entre le XVIe et le XVIIIe siècle, c'est plus d'une centaine de ces splendides villas qui vont voir le jour à travers le monde (Europe et Amérique du Nord).

Les Italiens de l'époque, talentueux au-delà de tout, ne se contentent pas du type Palladio cependant. Le cardinal Hippolyte d'Este, fort de cette créativité italienne, fait rénover un ancien couvent bénédictin, à Tivoli, et y aménage le célèbre jardin aux mille fontaines. Inspirée de la fameuse Villa Hadriana, construite au IIe siècle par l'empereur Hadrien (76-138), la villa d'Este servira également d'exemple type pour de nombreuses constructions à travers toute l'Europe. Elle incarne le prolongement de la demeure dans l'univers de la nature, s'appropriant cette nature comme sienne. Parce que le cardinal d'Este est un ami des arts et de la France, sa conception féerique de la villa gagne le cœur des nobles français et la frénésie de la retraite à la campagne s'étend dès lors au pays de François Ier.

Ce retour aux bonheurs de la nature ne persiste toutefois pas en France. Le Roi-Soleil, avec le réaménagement de Versailles dès 1660, exige que ses courtisans vivent à la cour. Les aristocrates français vont alors délaisser les plaisirs bucoliques pour partager le palais du souverain. Seuls les Anglais conservent la tradition de passer les étés à la campagne, enjolivant ces résidences secondaires avec amour et ingéniosité. Leur invention du parc paysager "à l'anglaise" va d'ailleurs révolutionner le concept des jardins européens et donner naissance à un courant qui se poursuivra jusqu'au XIXe siècle. Aujourd'hui encore, l'archétype du jardin anglais suscite admiration et imitation.

Vers la fin du XVIIIe siècle en France, l'on assiste à un renouveau dans la volonté de séjourner à la campagne pendant la saison chaude. La Provence ainsi que la région lyonnaise attirent de plus en plus d'étrangers et l'acquisition de villas dans cette périphérie enflamme les prix de l'immobilier. Cependant, c'est après la Seconde Guerre mondiale seulement que l'habitude de passer du temps à la campagne s'enracine chez les Français. À ce moment, on observe un mouvement décisif, le tourisme prend des proportions inespérées et l'acquisition de résidences dans les milieux ruraux devient un phénomène culturel.

Le plaisir de vivre en retrait de la ville représente aujourd'hui un privilège dont plusieurs travailleurs rêvent de se doter. La France occupe actuellement, dans le monde, le sommet pour son nombre de résidences secondaires. Le retour à la terre est non seulement un désir envisagé pour la retraite ou pour les vacances, mais il s'agit également d'un projet de vie pour beaucoup de Français. Les nouvelles possibilités technologiques permettant de plus en plus le travail à la maison, les citadins misent sur un retour à la nature de façon permanente.

On ignore encore quel sera l'impact d'un tel exode vers les régions rurales. Peut-être qu'à trop vouloir fuir la ville, nous ne parviendrons qu'à créer un étalement urbain. Mais il n'empêche que l'effet à court terme de ces déménagements à la campagne est un ressourcement pour les individus qui s'y livrent. Pour le meilleur ou pour le pire ? Attendons de voir…

Site du jour > Dossiers exclusifs > Les maisons de campagne
Copyright Site du jour / Nathalie Michallon - E-mail : nathalie@site-du-jour.com / Mentions Légales
Toute reproduction même partielle est strictement interdite sans un accord écrit sous peine de poursuites judiciaires
Nos Partenaires : Ecologie | Maison & décoration | Maison & jardin | Catalogue Maison