Site du Jour
> Choisir site du jour en page de démarrage

Site du jour > Dossiers exclusifs > Le Maghreb

Géopolitique du Maghreb
Le Grand Maghreb
Les 100 portes du Maghreb
Le Maghreb
Peuples et civilisations
Vérités pour l'histoire

Le monde arabe
Quelle histoire
Memo
Cultures d'Algérie
Histoire du Maghreb

Fabrication du papier
Dictionnaire & encyclopédie
Denis Diderot
La Renaissance
Walt Disney
La généalogie
Champollion
Le Land-Art


Le Maghreb

Terre de luttes et d'édifications, le Maghreb (Algérie, Maroc et Tunisie) a été le livre sur lequel la grande destinée a écrit une bonne partie de l'histoire de l'Afrique. Ouvert au reste du monde grâce aux marchands phéniciens, qui ont implanté des comptoirs pour le commerce sur tout le littoral méditerranéen (Barcelone, Byblos, Cadix, Hippone, Jijel, Lisbonne, Malte, la Sicile…), le Maghreb c'est d'abord Carthage la fière. Fondée en 814 av. J.-C. par la princesse Didon, selon la légende, Carthage est devenue en peu de temps la plus grande rivale de Rome en puissance. Il faudra trois guerres sur un siècle pour que les Romains arrivent à terrasser cette hydre et ils ne parviennent à anéantir la cité qu'en 146 av. J.-C.. Ils créent alors leur première province africaine "Africa".

Jusqu'à la chute de l'Empire romain, cette province, que l'on appelle aussi le "grenier de Rome", constitue un trésor d'opulence pour le peuple romain. On y pratique l'agriculture, l'élevage de moutons et de chevaux, on y cultive des produits céréaliers, etc. On y parle alors le grec et le latin, une vie culturelle intense anime les rues et les places publiques, un cirque est construit, Berbères et Romains s'unissent dans des mariages mixtes sans accrocs. La venue du christianisme, d'une part, et les invasions islamo-arabes, d'autre part, amènent les discordes et le problème de la religion en terre maghrébine. À force de petites révoltes, l'islam finit par triompher et s'installe dans le cœur des hommes du désert.

Le Maghreb C'est dans la plaine tunisienne qu'en 670 de notre ère, des soldats arabes, sur l'ordre du calife Mu'awiyya de Damas, fondent un camp qui deviendra le creuset de l'arabisation du Maghreb : Kairouan. Petite bourgade au départ, on y construira cent vingt mosquées et une école de médecine parmi les plus réputées au monde. Kairouan, la ville sainte, devient le héraut de l'Islam et au Xe siècle, elle est la capitale de l'Occident musulman. Depuis la cité de Kairouan, les Arabes vont doucement conquérir tout le pays, affirmer la culture arabe sur la culture des autochtones, introduire l'islam et chasser le christianisme. Seuls les Berbères d'Aurès résistent autant qu'ils le peuvent, notamment sous le règne de leur héroïne, la reine Kahina (Dihya de son vrai nom, capturée et mise à mort en 702). Les Berbères vaincus, dès 711, on considère tout le Maghreb sous occupation arabe.

Entretemps, l'ancienne Carthage est de nouveau détruite, en 698, par les musulmans cette fois. Sur les ruines de cette ville mythique, ils érigent la future cité de Tunis. Mais la conquête arabe ne s'arrête pas à Tunis. Du Maroc, les soldats poussent jusqu'à la péninsule ibérique. Dès lors et pour des siècles à venir, le Maghreb subit les règnes successifs des Omeyyades, des Fatimides, des Almoravides, des Almohades, des Mérinides (Berbères), des Hafsides, des Wattasides (Berbères) et enfin des Ottomans. Il faut l'intervention de plusieurs joueurs pour disséminer le pouvoir arabe et redistribuer les rôles sur l'échiquier géopolitique.

Le monarque Ferdinand d'Espagne y prend part. D'abord, il chasse tous les Arabes et tous les Juifs d'Espagne (1492). Entre 1505-1510, Ferdinand fait incursion en sol berbère et construit, face à Alger, la forteresse du Penon. Son but est de reconquérir la Berbérie. Le célèbre pirate Barberousse (Khayr ad-Din) se mêle de la partie à son tour et reconquiert, entre 1516 et 1535, Alger, Bizerte, La Goulette et Tunis. Cette partie du territoire revient, conséquemment, à l'Empire ottoman auquel le pirate a fait allégeance. Charles Quint, les Portugais, les Turcs, les Saadiens puis enfin les Français se relaient tour à tour à titre d'occupants sur les terres du Maghreb, jusqu'à ce que la France déclare l'Algérie "territoire français", en 1848. Succédant à tous les autres conquérants du Maghreb, le protectorat français s'étend ensuite sur la Tunisie (1881) et sur le Maroc (1912). C'est toute une partie de l'Afrique du Nord qui tombe alors progressivement sous la tutelle française.

Que reste-t-il du Maghreb aujourd'hui, après 3000 ans de luttes et d'occupations successives ? Une culture exceptionnelle, influencée par des dizaines de courants idéologiques et religieux, magnifiant l'une des plus belles mixités architecturales de l'Histoire. Vestiges romains, palais arabes, mausolées turcs, fontaines françaises, villas portugaises, temples berbères se côtoient dans une harmonie admirable, sans que cela ne choque l'œil le moins du monde. Cette mosaïque d'influences rend au Maghreb une splendeur devant laquelle on peut difficilement rester froid. C'est sans doute la raison majeure qui fait du Maghreb l'une des destinations touristiques les prisées à travers le monde.

Malgré leur indépendance : Algérie (1962), Maroc (1956), Tunisie (1954), les pays du Maghreb semblent toujours chercher une identité qui leur serait propre. De plus, en 1989, le Maghreb s'est enrichi de deux nouveaux pays : la Lybie et la Mauritanie pour former l'Union du Maghreb arabe. Les Maghrébins, évoluant entre traditions berbères, traditions arabo-européennes et désirs de s'occidentaliser, sont parfois confus dans ce dédale de croyances, de superstitions, d'idéologies nouvelles et d'avancées technologiques. Mais pour peu que l'on ne s'étonne pas de certaines attitudes paradoxales, le Maghreb est un véritable livre d'histoire à ciel ouvert, un voyage dans l'évolution de l'humanité que tout individu passionné devrait faire un jour.

Site du jour > Dossiers exclusifs > Le Maghreb
Copyright Site du jour / Nathalie Michallon - E-mail : nathalie@site-du-jour.com / Mentions Légales
Toute reproduction même partielle est strictement interdite sans un accord écrit sous peine de poursuites judiciaires
Nos Partenaires : Afrique | Egypte | Clavier arabe | Rencontre musulmane