Site du Jour
> Choisir site du jour en page de démarrage

Site du jour > Dossiers exclusifs > Histoire de la langue française

Mille ans de langue française
Histoire de la langue française
Histoire de la langue française
Initiation à l'histoire de la langue
Le français, histoire d'un combat

Histoire de la langue française
Canal Académie
Chronologie de la langue française
Aménagement linguistique du Canada
Histoire et rôle de la langue
L'ancien français sur Internet

Fabrication du papier
Dictionnaire & encyclopédie
Denis Diderot
La Renaissance
Walt Disney
La généalogie
Champollion
Le Land-Art


Histoire de la langue française

Le français, à titre de code linguistique reconnu, est issu des langues indo-européennes. Il s'agit en fait d'une sorte d'amalgame de plusieurs dialectes latins parlés en Gaule, une cinquantaine d'années avant l'avènement du Christ, dialectes qui ont été par la suite influencés par des termes celtiques et germaniques, sous différentes occupations. Romains, Vikings, Francs et autres envahisseurs se sont succédé en terre gauloise pour façonner une langue qui mettra des siècles à se stabiliser sous une forme précise et encadrée par une structure grammaticale spécifique.

Du 4e au 12e siècle apr. J.-C., on observe différentes périodes dans l'évolution de la langue. Une période gallo-romane, suivie d'une période romane à laquelle succéde une période anglo-normande. Pendant huit siècles, on parle un roman qui prend la couleur de sa région aussi bien qu'il se moule aux influences culturelles des peuples qui l'utilisent : au Sud on parle la langue d'oc, au Nord on parle la langue d'oïl. Cependant, qu'importe le dialecte en usage, on écrit latin, surtout que l'écriture est le privilège des clercs, des moines et des gens instruits, en règle générale. Vers la fin du 13e siècle toutefois, un engouement se ressent pour la " langue du roi ". Ce dialecte, qui se détache doucement du latin pour ressembler de plus en plus au français que l'on parlera plus tard, devient une sorte d'idéal linguistique pour les érudits et les écrivains.

André Le Nôtre C'est au 16e siècle, sous le règne de François 1er, que le français comme langue officielle commence à s'organiser. L'invention de l'imprimerie ainsi que les efforts de certains auteurs pour mettre au jour des dictionnaires (Dictionnaire français/latin, de Robert Estienne, 1539 ; Thrésor de la langue française, de Jean Nicot, 1606) posent les premiers jalons d'une structure linguistique solide. De plus, l'édit de Villers-Cotterêt, en 1539, ordonnant le français comme langue administrative du royaume, au détriment du latin, rend légitime l'emploi de cette " langue du roi ".

Les auteurs, ceux de la Pléiade entre autres, se lancent dans l'aventure de la langue française et intègrent au vocabulaire une foule de mots nouveaux qu'ils empruntent au latin et à l'italien. On publie des grammaires et des traités orthographiques afin de statuer sur une façon unique d'écrire les mots. C'est finalement le cardinal de Richelieu, en 1635, qui renforcera la structure du français en créant l'Académie française, mandatant ses membres de prendre en charge cette langue et d'en faire le code linguistique officiel que l'on connait aujourd'hui. On assiste alors à une surenchère de dictionnaires qui voient le jour, dont la fameuse " Encyclopédie " de Diderot et d'Alembert.

Au cours de 18e siècle, le français se raffine. On y ajoute des accents et une ponctuation pour alléger le langage, la syntaxe prend des tournures moins complexes et le français devient la langue diplomatique dans toutes les cours d'Europe. En Allemagne, en Russie, en Angleterre, en Espagne, partout le français est reconnu dans les ambassades et à la cour des rois. À l'aube de la Révolution toutefois, la majorité de la population urbaine parle le français, mais ignore comment l'écrire. Dans les campagnes, plusieurs individus ne parlent toujours que le patois ou le dialecte de leur région.

Ce sont des humanistes comme Pierre Larousse et Émile Littré qui donnent, entre 1865-1872, encore plus de poids à la langue en réalisant des dictionnaires plus accessibles au peuple. La presse s'y colle également en introduisant dans ses écrits de plus en plus de néologismes en rapport avec le monde ouvrier, le monde agricole, le monde technologique. Enfin, les lois sur l'Enseignement obligatoire (1882-1885) soumettent définitivement toute la population à la nécessité d'apprendre à lire et à écrire.

De nos jours, les nouveaux médias, ainsi que les nouvelles technologies de communications, révolutionnent une fois encore la langue, l'obligeant à des transformations qui en effraient certains aussi bien qu'elles en réjouissent d'autres. Les abréviations sur les chats et les SMS, une nouvelle syntaxe moins pompeuse, les anglicismes branchés, l'abandon de certains termes qui ne sont plus d'actualité, font évoluer le français. Le langage codé qu'utilisent les jeunes ainsi que les termes qu'ils inventent en fonction d'une culture qui leur est propre sont également les manifestions d'une évolution qui garde le français dans la partie. Le français est depuis toujours une langue bien vivante qui sait s'adapter aux différents impératifs de la vie. Et ce qu'il abandonne de ses anciennes réalités, il le récupère grâce à de nouvelles formes d'expression. Le français vivra, nous le savons, car il a toujours su se moderniser et séduire ses utilisateurs.

Site du jour > Dossiers exclusifs > Histoire de la langue française
Copyright Site du jour / Nathalie Michallon - E-mail : nathalie@site-du-jour.com / Mentions Légales
Toute reproduction même partielle est strictement interdite sans un accord écrit sous peine de poursuites judiciaires
Nos Partenaires : Dictionnaires | Expressions | Dictionnaire francais | Canada francophone