Site du Jour
> Choisir site du jour en page de démarrage

Site du jour > Dossiers exclusifs > Ce que les égyptiens nous ont appris

Héritage de l'Égypte
L'Égypte et la vallée du Nil
Histoire de l'Égypte
Temples et dieux du Nil
Pyramides et momies
Pouvoir et sagesse

Égypte antique
Un don du Nil
Céréales de l'Égypte
La momification

Les portraits du Fayoum
Histoire du disque
Canal de Panamá
Pause café !
La rose, reine des fleurs
Les ondes sont partout !
Le Land-Art
Les fourmis


Ce que les égyptiens nous ont appris

Il y a près de 5000 ans, on sait que déjà les habitants de l'Égypte vivaient sur les rives du Nil et qu'ils élevaient du bétail. Pourtant, les nombreux caprices des marées dévastaient régulièrement leurs cheptels, leurs provisions, leurs habitations. Ils comprirent alors qu'ils devaient détourner ou contenir l'eau des crues. Or c'est ainsi qu'ils mirent en place des digues. Une fois les marées maîtrisées, ils cultivèrent une variété sans cesse croissante de céréales, de légumes et de fruits et devinrent si prospères qu'ils durent mettre en place des systèmes d'administration et de gestion pour leurs récoltes abondantes.

Hiéroglyphe égyptien Ainsi naquit l'écriture, datant du 4e millénaire avant notre ère. D'abord pictographique, le hiéroglyphe passa ensuite à la forme hiératique (un symbole signifiant une syllabe/son) avant de se modifier encore vers une expression démotique, c'est-à-dire plus couramment utilisée et mieux comprise par le peuple. Cette écriture perdura jusqu'au 4e siècle ap. J.-C.

Toujours dans la perspective d'administrer convenablement leurs biens, les Égyptiens inventèrent les mathématiques. Ils instituèrent les chiffres à titre de symboles représentatifs de quantités visibles puis, à partir de ces symboles, purent facilement soustraire ou additionner. Multiplication, division et fraction suivirent assez logiquement. Grâce à ces possibles opérations de calcul, ils en vinrent même à estimer précisément les différentes surfaces de formes géométriques telles que le rectangle, le triangle, la sphère ainsi que les volumes de la pyramide et du cube. Naturellement, les unités de mesures suivirent : poids, longueur, surface et volume se virent attribuer un code spécifique que les commerçants, les administrateurs et les architectes utilisèrent judicieusement.

Le calendrier est également l'une de leurs plus importantes innovations. Ils avaient déjà admis que la terre exécutait une révolution sur une période de 365 jours. Ils instiguèrent donc un calendrier de 12 mois, comptant chacun 30 jours et consacrèrent les 5 jours restant aux fêtes des divinités principales (Isis, Osiris, Seth, Nephtis, Haroeris).

Les médecins de l'Égypte ancienne, près de 3000 ans av. J.-C. identifiaient déjà de façon précise un nombre considérable d'affections de tous genres. Ils pratiquaient également des chirurgies, des massages, des sudations, des onctions et hélas, avec moins de succès, des trépanations. Ils guérissaient à l'aide de plantes et de magie et couchèrent sur papyrus les bases d'une médecine que les grecs reprendront des siècles plus tard. Leur efficacité était telle qu'on les vénérait comme des divinités dans le monde Antique. Leur maîtrise de l'embaumement et de la momification ne fit qu'accroître leur réputation et, si l'on considère l'état de conservation de la momie de Ramsès II, 4000 ans plus tard, cette réputation était loin d'être usurpée !

Nous connaissons tous aujourd'hui ce qui constitue l'un des plus merveilleux mystères de l'architecture de l'Histoire. Toujours irrésolue malgré les nombreuses hypothèses, l'époustouflante construction des pyramides, avec les moyens de l'époque, ne peut que clouer le bec aux fanfaronnades et aux prétentions modernes.

On doit encore au peuple égyptien de cette époque la création du tissage, que les femmes exécutaient à l'aide de fuseaux. Et l'extraordinaire invention du papyrus, sans lequel nous ne saurions rien ou presque de l'histoire de ces inventeurs de génie. Les papyrus nous apprirent, en outre, que l'on fabriquait déjà de la bière pendant le règne des premières dynasties pharaoniques, que l'on tenait déjà des maisons de prostitutions et des tripots de jeux. Enfin, les Égyptiens, raffinés et soucieux d'une esthétique intemporelle, auront également jeté les bases de la cosmétique moderne en créant le maquillage (khôl, pommade anti-rides faite de fruits, fard, rouge à lèvres...) ainsi que la perruque (cheveux naturels ou fibres végétales).

Bien sûr, il existe encore un nombre incalculable de grandes réalisations et de petites bricoles nées du cerveau en ébullition des anciens Égyptiens. Pensons seulement à la facture du verre, à la fabrication d'outils ou aux techniques agricoles, leur savoir reste l'un des mystères les plus impressionnant de l'Antiquité. Un mystère pour lequel nous ne cessons d'inventer de nouvelles techniques d'exploration...

Site du jour > Dossiers exclusifs > Ce que les égyptiens nous ont appris
Copyright Site du jour / Nathalie Michallon - E-mail : nathalie@site-du-jour.com / Mentions Légales
Toute reproduction même partielle est strictement interdite sans un accord écrit sous peine de poursuites judiciaires
Nos Partenaires : Egypte | Chiffres | Pyramides | Clavier arabe