Site du Jour
> Choisir site du jour en page de démarrage

Site du jour > Dossiers exclusifs > Gengis Khan

Gengis Khan
L'Empire mongol
L'Empire des steppes
Chevauchée mongole

Hérodote
Memo
L'empereur mongol
e-mongol
Généalogie Gengis Khan

Fabrication du papier
Dictionnaire & encyclopédie
Denis Diderot
La Renaissance
Walt Disney
La généalogie
Champollion
Le Land-Art


Gengis Khan

La légende veut que le petit Temüdjin (nom qui signifie "acier le plus fin") soit né en tenant dans sa menotte un caillot de sang, au beau milieu d'un monde hostile où une quarantaine de tribus mongoles se déchirent entre elles, en plus de devoir affronter ponctuellement les troupes nomades des Turcs et les hordes de Tatars. Nous sommes entre 1155 et 1167, la naissance du célèbre conquérant laissant encore de nombreux doutes quant à sa date la plus vraisemblable. Une autre légende affirme qu'il compte parmi ses ancêtres un loup gris, engendré par le ciel. Son père Yesügei, puissant chef du clan des Bordjigid, est empoisonné par les Tatars lors d'une réception alors que l'enfant est encore jeune. Mais le gamin, dès sa neuvième année, traîne déjà derrière lui une réputation de bravoure extraordinaire, ayant apparemment mis à mort un ours à mains nues. On peut certes s'interroger sur la véracité de l'événement, ou du moins des circonstances ayant rendu possible cet exploit, mais il reste qu'à la mort de son père, c'est à cet enfant hors du commun que revient la charge d'aider sa mère à protéger la famille. Gengis Khan Déjà fiancé à Börte, du redoutable clan des Qonggirat, Temüdjin a maintes fois prouvé son courage pour impressionner sa belle-famille et mériter sa future femme. Malgré cela, le clan de son père ne reconnaît pas son autorité, il doit fuir avec sa mère, sa sœur et ses frères dans les monts Kentaï afin d'assurer leur subsistance et préserver leur liberté. Sa mère, Öölön aura une forte influence sur lui. Femme de tête et de bravoure, elle sera pour lui un modèle, qu'il retrouvera ensuite à travers le tempérament de Börte, sa promise.

Tentant de survivre au hasard des aventures, Temüdjin est capturé par une tribu rivale, mais réussit, une fois de plus, à susciter l'admiration en échappant à ses ravisseurs quelque temps après. À force d'exploits, il finit par s'allier de valeureux guerriers et sa petite troupe grandit. Fier de ses victoires au quotidien, le jeune homme parvient à libéré sa fiancée, alors victime d'un rapt, et réclame enfin la main de Börte. Cette alliance le placera sous le protectorat de la famille des Kereyit, des Turcs respectés, adeptes du christianisme.

Dès cette époque, cet ardent guerrier, rompu à tant de privations et de situations extrêmes, se taille une renommée retentissante. Son génie stratégique s'épanouit et ses triomphes s'accumulent. Il se rallie de nombreuses tribus, ses hordes grossissent dans les rangs du peuple mongol. Bientôt, en 1196 plus exactement, on le désigne au titre de Khan. Ses conquêtes ne cessent d'accroître son pouvoir. Il fait si bien qu'en 1206 il devient le chef universel de la Mongolie orientale : c'est la naissance officielle de Gengis Khan. C'est aussi l'année pendant laquelle il instaure le Yassak, à la fois code civil promulguant l'unification et les règles de civilité des peuples mongols, et code pénal obligeant chaque individu au respect de la justice et de l'équité.

Ayant soumis tous les peuples avoisinant, ayant rassemblé sous une même bannière tous les clans et tribus de sa contrée, Gengis Khan et ses hordes sont fins prêts pour des conquêtes bien au-delà des frontières. La Chine, la Sibérie méridionale, les territoires afghans, le royaume tibétain, tous succomberont aux assauts ingénieux des troupes du Khan. En 1215, c'est Pékin qui s'incline devant la force des hordes mongoles. Mais Gengis Khan, ayant d'autres projets, laisse cette victoire à l'un de ses lieutenants, Muqali, avant de rentrer en ses terres.

C'est en 1219 qu'il se lance dans une nouvelle conquête : les territoires iraniens. Récemment unifiée par Muhammad le chah du Kwharezm, toute cette partie du sud-ouest représente un empire presque invulnérable. Gengis Khan n'aura de pitié pour personne. Il marche avec ses troupes sur cet Iran oriental, détruit les villes, met à mort tous les habitants, animaux domestiques compris, à l'exception des prêtres et des artisans. Après ce carnage, le grand chef suprême fait venir des individus désignés afin de reconstruire les cités ravagées et de les faire revivre. Il organise une civilisation policée et régie par un code, il met en place un système administratif viable et solide. Son empire se construit peu à peu.

Son périple victorieux ne s'arrête pas là. Il lance ses guerriers à la poursuite du chah Muhammad. 20 000 hommes chevauchent jour et nuit et rasent toutes les armées ennemies sur leur passage. Iraniens, Arméniens, Géorgiens, Turcs Kiptchak, Russes et Bulgares ; raids après raids, les soldats du Khan soumettent les peuples étrangers et agrandissent le royaume mongol. Si bien qu'en 1224, c'est 20 000 kilomètres de territoire qu'ils ont conquis à la force des armes contre des rivaux beaucoup plus puissants qu'eux.

Poursuivant son œuvre gigantesque, Gengis Khan s'attaque au peuple des Si-Hia, histoire de les punir d'une vieille trahison. Cela lui est fatal. Il meurt en 1227, dans la nuit qui succède à la grande victoire qui soumet les traîtres à la tutelle mongole. Empoisonné ou mort de façon naturelle, nul ne saurait valider la véritable fin de cet incomparable chef. On raconte qu'après sa mort, les guerriers chargés de rapatrier son corps tuent tous ceux qu'ils croisent afin de garder secret le lieu de sépulture de Gengis Khan. Aujourd'hui encore, ce lieu secret motive de nombreuses fouilles afin de retrouver la dépouille du plus grand conquérant de tous les temps !

Site du jour > Dossiers exclusifs > Gengis Khan
Copyright Site du jour / Nathalie Michallon - E-mail : nathalie@site-du-jour.com / Mentions Légales
Toute reproduction même partielle est strictement interdite sans un accord écrit sous peine de poursuites judiciaires
Nos Partenaires : Chine | Quotidien | Histoire