• Votre horoscope :
  • Horoscope belier
  • Horoscope taureau
  • Horoscope gemeaux
  • Horoscope cancer
  • Horoscope vierge
  • Horoscope balance
  • Horoscope scorpion
  • Horoscope lion
  • Horoscope capricorne
  • Horoscope verseau
  • Horoscope poissons
  • Horoscope sagittaire
Dossier exclusifs

La domestication du cheval

Puissant, élégant, racé, le cheval se baladait librement dans les plaines sauvages lorsque l'homme de la Préhistoire a sans doute réfléchi qu'il pourrait en faire meilleur usage que de bêtement le manger.

Mais comment se faire maître d'un si vif animal ? La question se posa vraisemblablement jusqu'au 4e millénaire avant notre ère, lorsque les premiers chevaux furent domestiqués par l'homme en Ukraine.

2 000 ans avant notre ère

Une fois le splendide animal monté, il convenait de le faire obéir. Ce que les cavaliers et les éleveurs se sont ingéniés à mener à bien. Maîtriser cette bête qui peut atteindre jusqu'à 950 kg n'était pas une mince affaire, mais le jeu en valait la chandelle.

Grâce au mors, qui a vu le jour en Eurasie 2 000 ans avant notre ère, le cheval est devenu en peu de temps le plus important allié de l'homme dans de nombreuses disciplines.

Dans le monde antique

Dans le monde antique, il s'est imposé dans les transports. À titre de courrier, bien sûr, et pour le transport de marchandises. Dans le commerce, le cheval a fait une sacrée différence. Grâce à sa force et à son endurance, on pouvait désormais faire transiter des produits par le centre des terres, ne plus avoir essentiellement recours aux voies navigables.

Les marchands pouvaient dorénavant s'installer plus profondément sur les territoires et éviter ainsi les raids côtiers.

La domestication du cheval

Un atout guerrier

Pendant la période de l'Antiquité, le cheval s'est également distingué comme atout guerrier. Les armées montées sur des chevaux avaient un net avantage sur leurs ennemis à pied, autant par la puissance de frappe que par la possibilité de fuite. Puis on les attela à des chars.

Les chefs de guerre ainsi portés jouissaient d'un prestige particulier et laissaient sur l'ennemi une impression d'invulnérabilité.

Ce sont ces chars qui, par ailleurs, donnèrent naissance aux premières courses hippiques, les courses de chars devenant ainsi les premiers jeux d'habileté mettant en scène des chevaux dans un but de divertissement.

Le char

Le char était également connu en Chine. C'est dans la sépulture de l'empereur Wu Ding, mort en 1118 av. J.-C. que l'on retrouva les restes d'un char hippomobile, témoignant de la pratique jusqu'en Asie.

Toutefois, la présence du cheval en Chine et dans les environs restait un phénomène de luxe que l'on importait à prix d'or du Moyen-Orient. Mais malgré cette rareté, on croit que les Chinois ont utilisé l'étrier dès le 6e siècle avant notre ère et qu'ils auraient également inventé le collier d'épaule pour faciliter les travaux d'agriculture.

Pour l'agriculture

Mais l'utilisation répandue du cheval dans le domaine de l'agriculture apparut au Moyen-Âge. C'est également à cette époque que les croisements de races s'amorcèrent avec des distinctions précises.

Des coursiers fins et rapides pour les courriers, des destriers endurants et puissants pour la guerre, des chevaux de bât trapus et forts pour travailler la terre, des roussins vifs et inépuisables pour le transport des marchandises, des palefrois et des haquenées pour les parades des gens nobles, etc.

Le cheval se diversifiait dans ses tâches, devenant peu à peu indispensable dans presque tous les secteurs de la vie humaine.

Site du jour Copyright Site du jour © Toute reproduction même partielle est strictement interdite - Conditions d'utilisation Nos Partenaires : Catalogue vêtements | Mode | Vêtements