Site du Jour
> Choisir site du jour en page de démarrage

Site du jour > Dossiers exclusifs > Le diabète

J'ai du diabète
Mon enfant a du diabète
Le diabète
Indice glycémique
Recettes anti-diabète

Le diabète
Doctissimo
Passeport Santé
Diabète.fr
Mon diabète
Ligue des diabétiques

Fabrication du papier
Dictionnaire & encyclopédie
Denis Diderot
La Renaissance
Walt Disney
La généalogie
Champollion
Le Land-Art


Le diabète

Le plaisir des sucreries nous vient tout petit, alors que nous ne sommes encore que des nourrissons. Instinctivement, le goût du sucre devient le préféré des bébés. Sa saveur adoucit les aliments, les rend nettement plus agréables en bouche, en plus de garantir leur conservation. Cette préférence peut devenir, pour certains, une véritable dépendance qui les mènera à souffrir de symptômes du diabète. Mais le diabète n'est pas que la conséquence d'une addiction aux sucres, ses origines sont beaucoup plus complexes…

On remarque trois types de diabète : le diabète de type 1 (qui s'identifie par une sécrétion insuffisante ou nulle d'insuline), le diabète de type 2 (se caractérisant par une utilisation déficiente de l'insuline par l'organisme) et le diabète gestationnel (qui consiste en une hyperglycémie pendant la grossesse).

Diabète Le diabète de type 1 apparaît en général dès l'enfance. Il peut toutefois survenir pendant l'adolescence et au début de la période adulte. Il consiste en une impossibilité par l'organisme de fabriquer de l'insuline en quantité suffisante. C'est au niveau du pancréas que se situent les cellules responsables de la fabrication d'insuline. On appelle ces cellules les cellules béta. Or dans le cas des diabétiques de type 1, ces cellules sont en majorité détruites par le système immunitaire de l'individu. Les chercheurs ne connaissent pas encore les raisons de cette réaction immunitaire, mais croient qu'il s'agirait de la conséquence d'un bagage génétique spécifique, ou encore qu'il pourrait y avoir corrélation avec certains éléments environnementaux. Évidemment, les personnes atteintes de cette forme de diabète sont donc en grand danger de mort si elles ne prennent pas régulièrement une dose d'insuline pour assurer leur survie. Elles deviennent conséquemment "insulinodépendantes". Le diabète de type 1 touche environ 10 % du nombre total de personnes diabétiques.

Le diabète de type 2 est plus insidieux dans sa manifestation. Souvent, les individus affectés mettent des années avant de prendre conscience qu'ils en souffrent. Avant, il apparaissait autour de la quarantaine. Aujourd'hui, on note un nombre croissant d'individus aux prises avec cette affectation alors qu'ils sont de plus en plus jeunes. C'est la mauvaise utilisation de l'insuline par l'organisme ou encore la sécrétion insuffisante d'insuline qui sont mises en cause dans le cas du diabète de type 2. Mais les facteurs qui entraînent assurément le déclenchement de la maladie sont un surplus de poids, la sédentarité ainsi qu'une alimentation trop riche en gras. Une prédisposition génétique pourrait également être à l'origine de risques plus importants, pour le sujet, de développer les symptômes du diabète. Il s'agit de la forme la plus répandue et elle concerne 90 % des individus atteints de la maladie.

Comment soupçonner que l'on puisse souffrir de diabète ? Les symptômes sont en général les mêmes pour les deux types de diabète. On note l'amaigrissement, le besoin d'uriner plus fréquemment, une impression de faim continue, une soif insatiable, une grande fatigue, des sauts d'humeur inexplicables, des problèmes de cicatrisation, une vision parfois trouble, de possibles infections génitales, des infections de la peau ainsi que des fourmillements aux extrémités. Le sujet qui remarque certaines de ces manifestations chez lui devrait immédiatement consulter un médecin pour des examens de dépistage. Après coup, grâce à un lecteur de glycémie, le sujet pourra lui-même contrôler son indice glycémique (mmol/l = mesure de masse molaire de glucose/litre de sang) suivant le barème ci-dessous :

Période donnée Indice glycémique normal Indice glycémique anormal
Avant un repas Entre 4 et 7 mmol/l Au-delà de 7 mmol/l 
2 heures suivant un repas Entre 5 et 10 mmol/l Au-delà de 10 mmol/l


L'organisme a besoin de sucre pour bien fonctionner, ce dernier étant une sorte de carburant nécessaire à la propulsion du corps humain. L'insuline, quant à elle, est une hormone dont le rôle est de transformer le sucre (glucose) que contiennent les aliments afin qu'il soit ingéré convenablement par les cellules du corps humain. Dans le cas où l'insuline ne remplit pas adéquatement sa mission, le glucose ne peut plus être absorbé par les cellules. Il se répand alors dans le sang avant d'achever sa course dans les urines. Tout l'organisme s'en trouve perturbé, et même mis en péril. La surdose de glucose dans le système sanguin provoque des problématiques graves au niveau du système oculaire, du système nerveux, du système rénal, et de toute l'organisation cardio-vasculaire.

Lors d'une grossesse, certaines futures mamans souffrent d'un diabète, apparaissant entre le second et le troisième trimestre. Il faut savoir que cette affection est temporaire dans 90 % des cas et qu'elle se dissipe après l'accouchement. Environ 5 % des grossesses présente des symptômes de diabète et la meilleure façon de gérer cette situation est d'adopter une alimentation saine et équilibrée. Toutefois, certaines femmes devront avoir recours à l'insuline pendant cette période. Sachez que toute forme de médicament antidiabétique oral est à proscrire. Il faut, dans tous les cas de symptômes, consulter un spécialiste.

Il n'existe pas une multitude de façons propices à la prévention du diabète. Une alimentation saine est certes capitale entre toutes. Et une activité physique appropriée. L'individu qui choisit ses aliments avec le souci de ne pas accumuler de graisses et de sucres inutiles est déjà sur la bonne voie. L'augmentation des aliments fibreux constitue une valeur sûre dans la prévention du diabète. Il suffit de combiner à cette source de nutrition correcte une activité physique régulière et pertinente. Trente minutes d'activité physique par jour suffisent à stimuler le métabolisme. Les dépendances à l'alcool et au tabac sont également à bannir. Ces seules modifications dans le régime de vie quotidien de l'individu marqueront une différence notable. Malheureusement, ces précautions ne sont valables que pour le diabète de type 2 et le diabète gestationnel. Dans les cas de diabète de type 1, il n'existe encore aucune mesure préventive. Et seule la médication peut sauver la vie de celui qui en est affecté.

En attendant les découvertes miraculeuses, il reste que chaque individu devrait s'initier aux avantages d'habitudes saines. On le sait, l'être humain a déjà beaucoup de possibilités d'améliorer sa santé par lui-même, il lui suffit d'y mettre un peu de bonne volonté !

Site du jour > Dossiers exclusifs > Le diabète
Copyright Site du jour / Nathalie Michallon - E-mail : nathalie@site-du-jour.com / Mentions Légales
Toute reproduction même partielle est strictement interdite sans un accord écrit sous peine de poursuites judiciaires
Nos Partenaires : Comparaison régime | Calcul IMC | Medecine Naturelle | Perdre du poids Diabète