Site du Jour
> Choisir site du jour en page de démarrage

Site du jour > Dossiers exclusifs > Christophe Colomb

Découverte de l'Amérique
1491 Nouvelles révélations
Le nouveau monde
Amiral de la mer océane
Le voyage

L'amiral de la mer océane
C. Colomb (Wikipedia)
C. Colomb (Memo)
Le grand Amiral
Christophe Colomb

Les portraits du Fayoum
Histoire du disque
Canal de Panamá
Pause café !
La rose, reine des fleurs
Les ondes sont partout !
Le Land-Art
Les fourmis


Christophe Colomb

Sa date et son lieu de naissance sont très controversés. Christophe Colomb lui même aurait instauré le doute de son vivant. Il serait peut-être né le 31 octobre 1451, à Gênes ou en Corse. L'objectif premier de ses voyages est de découvrir les Indes ou la Chine. Christophe Colomb propose d'abord son projet à Jean II du Portugal, qui le rejette, connaissant déjà la route des Indes, par le biais du cap de Bonne-Espérance. Déçu par ce refus, il négocie alors avec l'Espagne, face à Ferdinand d'Aragon et Isabelle de Castille. Ceux-ci hésitent dans un premier temps, puis la reine Isabelle accepte, jugeant que l'investissement pourrait s'avérer hautement lucratif pour son pays, en pleine folie de conquêtes. Christophe Colomb obtient également, en plus de l'approbation des souverains, un titre d'Amiral de l'océan et de vice-roi de toutes les terres qu'il découvrira.

À la tête d'un équipage de près de cent membres, de deux caravelles, ainsi que d'une caraque, Colomb amorce sa quête le 3 août 1492, depuis Palos et fait voile vers l'Ouest. Après une halte aux Canaries, l'expédition atteint un rivage, le 12 octobre 1492. Colomb croit alors être arrivé aux Indes, mais il s'agit plutôt de l'île de Guanahani, aux Bahamas, qu'il baptise San Salvador. Un premier contact est effectué avec les autochtones (les Indiens selon Colomb), mais, déçu de ne trouver ni or ni richesses, le navigateur poursuit son voyage. Sur sa route, il découvre encore Cuba, qu'il appelle Juana, en l'honneur de la fille des rois catholiques d'Espagne. Là, les indigènes lui offrent évidemment du tabac, qu'il fera découvrir aux Européens en rentrant.

Malgré l'absence d'or dans la région, Colomb continue néanmoins son périple pour atteindre Haïti, qu'il baptise Hispaniola. Cette grande île à l'est de Cuba lui livre, à sa plus grande joie, de l'or en grande quantité. L'explorateur y laisse une quarantaine de membres d'équipage dans un fort, baptisé Navidad. Mais dès janvier 1493, forcés par l'état croupissant des bateaux, les marins prennent le chemin du retour, chahutés par de terribles tempêtes, et accostent au Portugal, en Mars 1493.

Christophe Colomb, plus ambitieux que jamais, repart en Septembre 1493, de Cadiz cette fois, à la tête de 17 navires et de 1500 hommes, ayant pour vocation de devenir colons et de peupler ces nouvelles terres acquises au nom de l'empire hispanique. Empruntant un tracé un peu différent, il croise de nouvelles îles telles que la Guadeloupe, Saint-Martin, Porto Rico et la Jamaïque. Ce nouveau voyage donne lieu cependant à une série de mésaventures. Colomb découvre entre autres, les mœurs des aborigènes, qu'il juge barbares, notamment à cause d'un cannibalisme avéré, et il décide d'évangéliser les différentes tribus. Il rentrera au cours de l'été 1496, sur Séville, avec quelques navires sur lesquels prennent place de nombreux esclaves.

Non rassasié de ses nombreux exploits, Christophe Colomb remet les voiles en 1498 avec 6 caravelles. C'est lors de ce nouveau périple qu'il touche les côtes du Venezuela, et qu'il visite d'autres territoires comme : Saint-Vincent, Grenade, l'île de la Trinidad et Margarita. Le 31 Août 1498, il arrive enfin à Hispaniola (Haïti), mais les relations sur l'île se sont détériorées. Depuis l'Espagne, on ne s'explique pas trop la mauvaise gestion du gouvernement là-bas et l'on dépêche alors l'enquêteur Bobadilla, qui renvoie Colomb en sol hispanique pour le faire juger. C'est alors que l'on fait la connaissance du Colomb esclavagiste, avide d'or et de richesses, qui ne recule devant aucune exaction pour assouvir sa cupidité. Il s'en sort quand même relativement bien en ne perdant que son titre de vice-roi. Comme il garde sa qualité d'amiral, il s'embarque pour une dernière expédition.

Christophe Colomb, privé du pouvoir sur les nouvelles terres, reprend son rôle d'explorateur en 1502 pour fouler les côtes du Honduras. Il trouve de l'or plus qu'il ne l'aurait imaginé au Panama mais les indiens de l'endroit n'entendent pas céder à ces conquérants. Les navires de Colomb sont coulés. Il est sauvé in extremis, grâce à l'intervention des colons d'Hispaniola et rentre définitivement en Espagne, en 1504. Privé de tous ses privilèges, le grand navigateur termine ses jours à Séville. Il décède en 1506, à Valladolid, toujours persuadé d'avoir atteint les Indes. Son entêtement l'aura peut-être perdu...

En cherchant obstinément les Indes, Colomb a découvert une partie de l'Amérique. Certes, il a été un grand navigateur, un explorateur estimable. Mais il reste déplorable que cette avancée géographique, que cette conquête du monde se soit fondée sur des massacres et sur l'éradication de civilisations extrêmement brillantes. En livrant l'Amérique aux Européens, Colomb a aussi permis l'extermination d'un monde qui détenait des richesses autrement plus importantes que l'or...

Site du jour > Dossiers exclusifs > Christophe Colomb
Copyright Site du jour / Nathalie Michallon - E-mail : nathalie@site-du-jour.com / Mentions Légales
Toute reproduction même partielle est strictement interdite sans un accord écrit sous peine de poursuites judiciaires
Nos Partenaires : Amérique | Américain | Assurance bagages | Cuba