Site du Jour
> Choisir site du jour en page de démarrage

Site du jour > Dossiers exclusifs > L’art en liberté

Les murs de l'Atlantique
Nature, art contemporain ...
À ciel ouvert
Video Art
Un art contextuel

Art et politique
Territoires inoccupés
Le Land Art
Penone et l’arte povera
Andy Goldsworthy
Richard Long (angl.)
Daniel Buren
Christo and Jeanne Claude (angl.)

Fabrication du papier
Dictionnaire & encyclopédie
Denis Diderot
La Renaissance
Walt Disney
La généalogie
Champollion
Le Land-Art


L’art en liberté

L'art est sans aucun doute possible l'un des sujets qui soulèvent le plus de polémiques aux côtés de la religion et de la politique. Depuis des siècles, on l'analyse, on le critique, on le revendique, on le vilipende, on le dénonce, on l'encense, on le hait, on le porte aux nues… Mais aucune spécificité ne suscite autant de perplexité que l'art contemporain. Bafoué, incompris, méprisé par les uns, il incarne le lien par excellence entre le créateur et le spectateur pour les autres. Car l'art contemporain, plus qu'un art du résultat, est un art de l'acte. On ne pose plus tant la question à savoir ce que sera le résultat d'une création artistique, mais de ce que fut son processus de création. Le résultat, lui, ne sera jamais que ce qu'en fera le spectateur.

Continent Africain Dans cette perspective inédite de procurer à l'art une dimension autre, le concept de l'art contemporain s'est décliné sous diverses formes, posant et reposant les fameuses questions existentielles inhérentes à toute notion d'art. Qu'est-ce que l'art ? Qui peut prétendre au statut d'artiste ? Qui est habilité à juger de ce qu'est ou non une œuvre d'art ? Marcel Duchamp (1887-1968), à qui l'on pourrait attribuer le titre de précurseur de l'art contemporain, soulevait déjà ces interrogations en affirmant qu'un urinoir était un objet d'art. Ces considérations extravagantes ont d'ailleurs mené les artistes à sortir l'art de sa prison dorée dans les années 1960. Exit les musées, les galeries, les salons privés ou les lieux d"exposition habituels, on a cru pertinent de présenter des œuvres sur les places publiques ou dans des endroits inédits, mais aussi, de modeler l'art dans un milieu naturel.

On veut alors transgresser l'espace traditionnel de l'art et le faire intervenir dans la réalité quotidienne. On édifie les œuvres à même l'espace géographique urbain, ou l'on se transporte au cœur des paysages ruraux pour créer à partir de la nature en place. Le créateur s'inscrit ainsi dans un univers spatio-temporel, il marque l'histoire à même sa chair. L'objet d'art prend désormais un nouveau visage, il devient le prolongement ou l'inscription d'un espace déjà existant. Land art et art du graffiti en sont d'admirables exemples d'ailleurs. L'art hors les murs devient un art conceptuel, un art qui met en scène, qui s'inscrit dans un processus de création déjà paramétré, qui modifie le cours naturel des choses. Il devient également un art contextuel, un art qui s'implique dans la banalité du monde ordinaire, qui s'active au sein d'événements sociaux, qui provoque une action militante, qui revendique son droit d'exister en dehors de frontières normatives. Mais sa plus grande révolution est de sortir le spectateur des temples sacrés. Celui qui regarde n'est plus le fidèle appelé au sanctuaire, il est le promeneur, le voyageur, l'habitant, le commerçant, le travailleur. L'art du dehors permet l'accessibilité universelle, il appartient à tous et à chacun. Et il invite tacitement au partage, à l'échange, à l'interaction, à la libre interprétation.

Par sa nature même d'art de concept, d'art de contexte, l'art hors les murs puise toute sa motivation dans l'acte de création. Le projet de cet acte est déjà une œuvre en soi. Les happenings extraordinaires du photographe Spencer Tunick (1967- ) en témoignent vivement. Le fait de milliers de personnes, s'assemblant dans des cités différentes pour créer cette mosaïque de chair nue, est un acte formidable de création. À l'initiative de Tunick, certes, ces gens posent pour une démarche artistique, mais leur volonté de participer à l'acte, de poser l'acte, constitue la plus forte partie de l'œuvre.

D'autres figures de proue de l'art en liberté ne cessent de repousser les limites de l'œuvre d'art au dehors. Les Daniel Buren (1938- ), Christo Javacheff (1935- ), Richard Long (1945- ), Annette Messager (1943- ), Giuseppe Penone (1947- ), Niki de Saint-Phalle (1930-2002) Robert Smithson (1938-1973), Jean Tinguely (1925-1991), ne sont que quelques-uns des créateurs les plus audacieux des dernières décennies en matière d'art hors les murs. Qu'il s'agisse des emballages gigantesques du couple Christo (le Pont Neuf en 1985), des fameuses colonnes de Buren (Palais-Royal en 1985), de la Spiral Jetty de Smithson (Grand Lac Salé, Utah, 1970), des énormes sculptures en mouvement de Tinguely, Saint-Phalle et leurs amis (Le Cyclop à Milly-la-Forêt, 1970), les représentants de cet art libre n'ont cessé de donner au monde des œuvres si grandioses que même le caractère éphémère de certaines ne parvient pas à en effacer le souvenir, un peu à la manière de ces mondes disparus dont la légende hante l'imaginaire des hommes sans que personne ne les ait vus…

Site du jour > Dossiers exclusifs > L’art en liberté
Copyright Site du jour / Nathalie Michallon - E-mail : nathalie@site-du-jour.com / Mentions Légales
Toute reproduction même partielle est strictement interdite sans un accord écrit sous peine de poursuites judiciaires
Nos Partenaires : Art | Histoire de l'art | Couleurs | Art Ascii